Rien de plus bête qu'une omelette n'est-ce pas? Ce n'est même pas la peine d'avoir de très bons oeufs. Je ne savais pas trop quoi manger ce midi, on avait pas cusiné ce week-end vu qu'on avait des tonnes de restes, du coup, ben c'était un peu le désert dans le frigo. Mais dans la semaine, ces deux dernières semaines même, cela avait été faste dans nos assiettes... rizotto aux cèpes, choucroute, tartiflette, poisson à la moutarde et sa semoule parfumée, soupe à la courge et au céléri rave, que sais-je encore? Camille, j'ai voulu lui en mettre plein la vue, mais elle, elle peut manger tout ce qu'elle veut, on ne voit rien... le gras s'accroche à moi, pas à elle... c'est pas juste, c'est tout.
Ce week-end on avait tout fini, j'ai même dû jeter 2/3 bricoles qui avaient commencé à frisotter blanc et vert.
J'allais donc m'attabler avec des chips de maïs qui traînaient au fond d'un paquet depuis l'anniversaire de Camille la semaine dernière, prête à les tremper dans un fond un peu noirci de confit de tomates quand l'illumination m'est apparue! J'ai vaguement écrasé les chips au fond d'un saladier, j'ai cassé des oeufs par-dessus, et j'y ai ajouté vous vous en doutez... mon reste de confit de tomates, on est obsessionnelle ou on ne l'est pas, je m'assume. J'ai réussi cette belle omelette bien soufflée qui s'est avérée délicieuse. J'en ai à peine mangé, l'intérêt c'est davantage de cuisiner que de manger parfois. Et l'omelette, c'est très bon froid.
Voili voilou. Un petit truc tout simple. Ce petit billet de rien du tout vous est offert par les câbleurs du net qui, pour réparer un quartier, ont tout salopé le mien... J'ai des messages d'erreur qui s'affichent sur mon écran mort et c'est tout. J'ai un vague élan de pitié pour ceux qui habitent ce nouveau quartier et qui sont sans net depuis des mois... Moi au bout de 5 minutes j'ai alerté la planète et je me mets en mode survie. Mon pc fonctionne encore heureusement! du coup je vous écris...
Je viens aussi de tout casser dans mon éditeur de texte. Je voulais changer un paramètre mais avant de trouver le bon, j'ai un peu fichu la panique ailleurs. C'est comme quand on cherche quelque chose et qu'on fout tout en l'air avant de le retrouver. Enfin, moi c'est comme ça que je fonctionne, et ensuite j'oublie de ranger et ça reste ainsi...des lustres.
Bon on s'en fiche un peu de l'état bordélique de ma maison, non?
Je vais vous raconter mon poisson à la moutarde parce qu'il était super bon. J'ai coupé en cubes du poisson blanc encore un peu surgelé. Il faut le découper à un moment précis, avant qu'il ne soit entièrement décongelé, cela permet d'avoir de jolis cubes réguliers qui tiennent bien à la cuisson. J'ai fait dorer le poisson dans un peu d'huile d'olive avec une échalote coupé fin. Ensuite j'ai arrosé d'une giclette d'un vieux muscat qu'on a ouvert pour la Saint Valentin mais qui s'est révélé pas bon, tout éventé. Je le garde et tant qu'il en reste, j'en colle partout, jusqu'à présent ça se passe bien, il donne bon goût à mes plats. Ensuite j'ai mis de la moutarde bien forte et j'ai laissé cuire et blobloter quelques minutes. Au moment de servir, 2 minutes avant, j'ai ajouté un peu de crème fraîche épaisse entière. Pas beaucoup, mais entière et épaisse c'est quand même meilleur je trouve... et c'est tout, c'est prêt en 5 minutes. J'ai fait la même chose la semaine dernière pour un autre invité avec des escalopes de poulet. C'est tout aussi goûteux. Je suppose qu'avec quelques médaillons de filet mignon de porc ça doit être sympa aussi.
Et sinon, une envie de sucré samedi soir m'a conduite encore une fois à improviser avec les moyens du bord. En 5 minutes j'ai fait un gâteau excellent. Il me restait du chocolat noir, environ 100g, je n'en sais trop rien je n'ai rien pesé et encore une fois c'était réussi et je ne referai jamais le même... donc j'ai fait fondre le chocolat avec un peu de beurre (à vue de nez et de souvenir, moins de 100g, du léger pif quoi). J'ai battu deux oeufs (ou trois, maintenant en y repensant, j'ai comme un doute) avec un peu de sucre, là aussi du pif, c'était la fin d'un sachet, j'ai mis ce qui restait...de la levure, importante dans ce cas la levure, car vu que je n'ai rien fouetté (mes instincts sadiques m'avaient pour un temps quittée) il fallait bien que ça monte. Ce qui l'a rendu bon ce gâteau, c'est l'ajout de deux bananes super mûres, coupées en rondelles et non écrasées, ainsi que de la confiture d'orange (marmelade plutôt) faite la semaine précédente. Un peu brûlée la confiture, le fond avait même carrément bien attaché dans ma gamelle toute neuve. Elle a mis deux jours à s'en remettre! (la gamelle) et moi aussi. Enfin, façon de parler car c'est l'homme de la maison qui a gratté. Il en reste un peu, (du gateau) je vais le prendre en photo pour le mettre ici. Ca va très bien ensemble ces trois goûts. Choco-orange, on connaît. Choco-banane aussi. Mais associer les trois, c'était pas gagné et pourtant ça marche!
Donc voici un long billet écrit. Comme quoi, coupez-moi le net et je ponds des lignes! Quant à savoir quand tout sera réparé et que je pourrai les mettre en ligne (mes lignes Ha ha ha!) je ne sais...
Prenez bien soin de vous en attendant.


Edit : la panne c'était fin février. Le mois de mars est passé, durement. Mais il est passé. Et le printemps reprend ses droits.
J'ai d'autres billets sous le coude. Promis, je reviens bientôt, j'ai plein de trucs à vous raconter...

Désolée, les photos, je ne les retrouve pas dans mon pc ni dans le bordel de mon apn, alors tant pis, ce sera pour une autre fois...

Le poids des mots sans le choc des photos quoi. Vous me pardonnez?