surimi01
On va faire comme si je n'avais pas disparu de ces pages depuis des lustres. On va faire comme si je venais régulièrement vous raconter mes petites histoires de bouffe et de pas bouffe. Comme si je vous avais quittés hier.

C'est d'ailleurs ce qui se passe dans la vraie vie, non? Avec les vrais amis, les gens qu'on aime. Même si on ne les a pas vus ou qu'on ne leur a pas parlé depuis des semaines, vous avez remarqué comme moi que le lien se recrée instantanément. Et on reprend le fil de nos vies là où on l'avait laissé, peu importe le temps écoulé. On sait qu'on s'aime et on n'a pas besoin de se le dire tout le temps, de se le prouver.

Alors voilà, c'est ainsi que je viens vous retrouver. Avec dans ma besace, outre des surimis périmés et néanmoins exquis, une grande nouvelle qui, sans bouleverser ma vie, va y apporter quelques changements. De taille les changements.


Commençons par mes surimis, que je vous donne en image. Cest pas si vilain que ça, finalement, non? J'y ai ajouté des champignons de Paris sautés avec de l'ail et de la crème. J'ai toujours de l'ail à la maison. Rarement du persil. Pourtant c'est si bon les champignons à l'ail et au persil...
Alors, ces bâtonnets de poisson se languissaient au fond du frigo depuis très longtemps. Trop longtemps. Depuis avant Noël si mes souvenirs sont bons... Ils avaient presque un mois de trop au compteur. Cela arrive rarement, quoi que vous puissiez en penser. Et je précise également pour mes lecteurs (trices) qui sont également mes ami(e)s que ce genre de produit hyper périmé je le garde pour moi-même. Et cher et tendre. Y a pas de raison, nous serons malades ensemble si cela doit survenir. Il partage ma vie depuis bientôt trente ans, il peut aussi partager les vieilles DLC voire DLUO. Mais jamais au grand jamais je n'oserais vous servivr cela à vous mes chéries!

Revenons-en donc à mon faux crabe. J'avoue que j'aime bien le surimi. C'est facile à manger, chaud ou froid, pas très cher, ça fait des protéines bon marché. Depuis qu'une âme bien intentionnée (Lavender si tu me lis!) m'a envoyé un document qui circule sur le net au sujet du panga, ce joli poisson blanc abordable et goûteux, élevé (piqué et gavé) dans une baie chinoise aussi lointaine que polluée et qui entrerait dans sa fabrication (au surimi, vous me suivez) bref depuis que je sais cela, je pense ne plus en racheter, ni du panga ni des surimis. Mais donc j'avais ces 18 bâtonnets à terminer. Je les ai ouverts. Aucune odeur. Ni bonne ni mauvaise, faut dire que le surimi est plutôt du genre neutre. Aucun contact désagréable, pas gluants quoi. Rien à voir avec mes harengs de l'année dernière... J'ai découpé un oignon doux des Cévennes (toujours de mon pote JR) avec mes ciseaux à plusieurs lames, j'ai fait dorer avec une goutte d'huile d'olive, puis j'ai ajouté mes fausses pattes de crabe coupées dans la longueur (sinon, elles se déroulent et ça fait des trucs pas très sympas à regarder), une lichette de vin blanc sec, de l'Aligoté un peu vieux, imbuvable mais délicieux en sauce, une rasade de crème, 1/2c à café de curry Vindaï (mon préféré) et voilà tout.
J'ai servi avec des spaghetti plats. Et ce midi, j'y ai donc adjoint un mini reste de champignons pour faire manière que je mange des légumes quoi... Franchement, c'était très bon. Même le chéri a aimé. Alors que si ces faux poissons traînaient depuis si longtemps, c'est justement parce qu'il n'en est pas très friand. Et c'est un euphémisme. Faudrait vraiment qu'il n'ait rien d'autre à manger (ce qui arrive rarement, y a toujours le choix dans le frigo) pour qu'il en mange, donc ce fut un test réussi.

surimi1

(La même chose sous un angle différent)


Sinon, depuis le temps qu'on ne s'est vus mes très chers, j'ai mangé bien sûr, j'ai aussi pas mal cuisiné, et j'ai fait plein de photos. Promis très bientôt je vous fait un récapitulatif des mets principaux. Vous pouvez me croire, ou pas! On verra bien si je reviens bientôt!


Mais laissez-moi avant cela vous annoncer la nouvelle à peine déflorée en début de paragraphe. Oui je sais, je suis la reine du teasing...
Ma vie donc. Va changer. Car le mois prochain j'ouvre mon entreprise. Ma petite toute petite entreprise. De pralines. Je ne vous ai jamais parlé de mes pralines. De tomates séchées oui, mais de pralines point.
Or je suis la reine de la praline. J'en offre depuis des années et j'ai décidé de me lancer. De les vendre. Mon étude de marché est limitée. Je ne sais pas trop où je vais. Mais j'y vais. Je saute dans le grand bain. Sans brassard et sans bouée. Je me forme (un peu de gestion, beaucoup de chiffres et plein de trucs dont je n'ai jamais entendu parler... en compagnie de mecs, essentiellement dans le bâtiment. Et aussi un pizzaïolo et un réparateur de scooters, très sympas les mecs, des clients potentiels) depuis quelques semaines à la Chambre des métiers. Ce n'est pas encore fait mais cela ne va pas tarder. Plein de gens me disent de choisir le statut d'auto-entrepreneur. A la Chambre des métiers ils hurlent que non. Je ne sais plus trop quoi en penser. J'ai encore quelques jours pour me décider...
Et en attendant, ce qui m'intéresse bien davantage que mon statut fiscal ou juridique, les BIC, RSI, BMR et que sais-je encore, c'est mon produit. Ce que je vais vendre. Et cela me donne des ailes. J'ai créé un nouveau truc hier. Oh! Rien de bien nouveau sous le soleil, il existe déjà des nougats et des tourrons noirs. Mais mon produit à moi il est tout simplement trop bon... en toute modestie! Je l'ai nommé la croquande de Clairotte. Un certain Baptistin très priviligié a eu l'insigne honneur de la goûter encore tiède. Je ne l'ai pas encore prise en photo, toute occupée que j'étais à mettre au point la cuisson du sucre. Et l'exhumation de mon marbre. J'adore le marbre. Ca fait pro, non? De débarrasser sur le marbre! Et bientôt, dès que j'aurai accès à Metro, j'achèterai des réglettes de confiseur, histoire de donner à mon produit un côté un peu plus régulier...

croquande1
Ci-dessus, vous avez deux cuissons différentes. L'une au caramel brun, l'autre au caramel blond. J'adore le caramel, est-il besoin de le préciser? Les trucs blancs collés au caramel ce ne sont pas des lentes, même si ça y ressemble. C'est du sésame, bien sûr!

Bref, je m'amuse bien.
Et j'ai intérêt car la pression et le stress n'ont pas reculé dans mon autre vie professionnelle. Un nouveau DGS, un nouveau maire et un nouveau directeur de cabinet. Pas moins. Et des projets de plus en plus nombreux, intéressants, c'est vrai, mais largement générateurs d'angoisse... alors je me calme en m'occupant de mes cacahuètes et en calculant la viabilité de ma petite entreprise, en faisant mes multiplications, en attendant ma carte de vendeuse ambulante (trop marrant non?) et en fermant les yeux sur le pourcentage astronomique dû par les artisans à l'Etat. 46%, j'ai failli tomber de ma chaise quand j'ai appris ça.


...et encore, sachez que je cultivais un joli moisi sur des haricots verts. Aucune crainte que le chéri le jette, il ne l'avait même pas remarqué. Mais voilà, mon aide ménagère l'a vu, elle, et l'a jeté avant que j'aie pu l'immortaliser. Y a à peine 5 minutes. Dommage. Elle m'a promis de m'en refaire un...

A bientôt vous tous et vous toutes...

... encore une petite pour la route, c'est trop beau le caramel, on dirait de l'or. Et cette odeur, je ne m'en lasse pas...

croquande3

croquande2