rond_point_blog

Variante du : "T'es partie où cet été?" selon que l'on se situe fin juin ou début septembre. J'en déduis qu'il FAUT partir en vacances...
Ma réponse est invariablement un bredouillis d'excuses, comme quoi je ne pars jamais l'été, parce que je n'aime pas la chaleur ni les bêtes ni la foule agglutinée et que je suis de surcroît dotée d'un mari pantouflard version charentaises (en plomb) coulées dans du béton et que de toute façon, les vacances hors de la maison ne font pas partie de notre vie. Point. On est bien chez nous, on a plein d'occupations, et l'été la maison se remplit de gens qui découvrent qu'on n'est qu'à 20 minutes de la mer!

Mais pourquoi alors est-ce que je me trouve toujours gênée et dans l'obligation d'expliquer mes choix de vie? mes choix de non vacances? Pourquoi est-ce que je tente de me justifier? D'autant plus qu'en vieillissant, j'ai trouvé une parade, et à la question sus nommée, il me suffit de répondre :"et toi?" pour que l'interlocuteur me raconte ses propres vacances, preuve s'il en est que sa question n'avait que ce seul but...

Je m'en fiche un peu. Oui et non. En vrai, ça m'agace. Ca m'agace d'autant plus que je hais l'été et sa chaleur déplaisante. Je souffre, physiquement et moralement, dès que la température passe les 25°. Je m'énerve régulièrement après les gentils touristes qui prennent leur temps (ils ont raison) quand ils font leurs courses dans mon supermarché, qu'ils sont quinze à soupeser des melons, à demander 1 kg de merguez et un de "blanche"... c'est nouveau ça, je l'ai entendu la semaine dernière, le pauvre vendeur de chipo a eu un temps d'hésitation avant de se faire confirmer la saucisse...!

J'avoue que je suis assez intolérante quand je vois débarquer dans mon inter marché des gens en maillot de bain, qui s'interpellent devant les packs de bière et les poulets rôtis, alors qu'ils ne feraient pas ça dans leurs villes à eux... Je précise que je ne vis pas dans une cité balnéaire, juste dans un village près de Montpellier, avec un grand camping et un village de Danois pas loin. (Et je n'ai rien contre les Danois!)
D'autre part, sans partir en vacances, il m'arrive quand même de circuler en juillet août et de me trouver immanquablement coincée dans le sens des départs ou le sens des retours. En règle générale, vivant au sud, je suis à contre-sens. Je pars dans les retours, je reviens dans les départs. Comment s'y retrouver? On s'en fout, le résultat c'est que je suis quand même coincée dans les embouteillages me diras-tu, non lectrice fidèle! Mais ce parisianisme m'agace...

Je vais donc passer mon mois d'août comme mon mois de juillet, à la maison, protégée des bestioles par des moustiquaires et de la chaleur par la clim, avec l'apéro local le soir à la fraîche, le rosé embué dans les verres, les cigales et tout le reste, auquel j'ai le privilège d'avoir droit tout l'été...
Bonnes vacances!

EDIT : j'ai encore changé le nom de ce blog, je n'arrive pas à trouver un nom satisfaisant...
Je suis Clairotte et me revendique plouc, peut-être celui-ci va-t-il enfin s'installer?

EDIT n°2 La photo ci-dessus a été prise par MCET, c'est un rond-point à 500m de chez moi, je l'aime beaucoup. (MCET et aussi le rond-point ;) )